Retour page précédente - Accueil - Menu - AA - AA - Laptop ou PC - English

Les Evangiles sexuels - Les eunuques du Royaume

Abstract: Le seul propos du Christ sur la sexualité pour elle-même invite le chrétien à éviter une prise de position péremtoire en la matière, c'est le moins qu'on puisse dire...

Jésus n'a parlé de la sexualité pour elle-même qu'une seule fois. (Toutes les autres allusions évangéliques à la sexualité sont inscrites dans le cadre spécifique de l'adultère.) Ce texte clé est au début du chapitre 19 de Matthieu.

Le contexte est le suivant:

Alors que Jésus répète une fois encore ses positions radicales à propos du mariage et de la fidélité conjugale, ses disciples ont eu le culot de répliquer qu'avec des règles aussi strictes il est peut-être préférable de ne jamais se marier (entendez ici qu'il serait préférable de n'avoir que des rapports sexuels entre célibataires). Jésus qui a bien sûr tout de suite compris où ses disciples voulaient en venir, saisit la provocation au vol. C'est pourquoi il répond du tac au tac avec cet amusant classement des eunuques. Cette étrange coq à l'âne n'aurait aucune raison d'être sans l'esprit 'mal tourné' des disciples. Jésus ne répond donc ni par un «oui» ni par un «non». Il dit plutôt «attention!». Bref, Il dit:

"...il y a des eunuques qui le sont depuis le ventre de leur mère, il y en a qui le sont devenus par le fait des gens, et il y en a qui se sont rendus eux–mêmes eunuques à cause du règne des cieux. Que celui qui peut comprendre comprenne !" Mt 19,3-13 (voir contexte et autres traductions)

J'imagine que cette répartie fit rire. (C'est l'un des rares épisodes comiques des Evangiles!) Mais, même si ce ne fut pas le cas et si l'on préfère prendre la phrase au mot et hors contexte, il faut bien reconnaître que cette seule prise de position de Jésus en la matière est très maigre. Il ne dit pas que tous les habitants du Royaume sont des eunuques. Il ne dit même pas qu'il est préférable d'être eunuque pour entrer dans le Royaume. Il dit simplement que parfois (lorsque 'Agapê' l'exige?...), il faut savoir oublier les pulsions sexuelles. Or ceci est aujourd'hui accepté par tout le monde. C'était même probablement déjà une évidence pour l'auditoire de Jésus qui ne chercha donc pas entrer dans une polémique plus pointue. Tout homme digne de ce nom, libertin ou non, lui donne raison! Aucune théorie de la chasteté n'est réclamée ici; la gentillesse suffit. Une éthique sans valorisation de la chasteté convient pourvu qu'elle sache faire honneur à Agapê.

Pour être complet, il faut aussi parler d'un autre passage des Evangiles où certains exégètes ont cru pouvoir lire une attaque de la sexualité en soi:

"Vous avez entendu qu’il a été dit : Tu ne commettras pas d’adultère. Mais moi, je vous dis : Quiconque regarde une femme de façon à la désirer a déjà commis l’adultère avec elle dans son cœur." (Mt 5,27-28)

Autres traductions TOB - Semeur - Jérusalem - Colombe - Segond - Chouraki - Osty

Comme le mot "femme" peut signifier indifféremment "épouse" ou "personne du sexe féminin", certains ont cru pouvoir dire que le Christ condamnait le désir sexuel en soi et donc, a fortiori, le plaisir sexuel.

Voir par exemple l'exégèse de Durand ("Evangile selon St. Matthieu", p.86 dans la 16ème édition(!) chez "Beau Chêsne Croît" en 1929) assez représentative d'un certain climat de l'époque.

Une exégèse plus exigeante tenant compte du contexte et de l'esprit général montre que, une fois encore, c'est de la morale conjugale et non de la morale sexuelle dont il est question ici. "Femme" doit être compris comme "épouse". Jésus ne demande pas l'impossible bien sûr. Dans cette partie du discours sur la montagne, Jésus s'efforce de reprendre les lois importantes du Judaïsme pour faire passer leurs exigences de la lettre à l'esprit. Toutes les grandes lois y passent et en ce compris le fameux 6ème commandement (Ex20,14). C'est dans le même esprit que la loi du talion devient la loi de la joue gauche et que l'amour du prochain devient l'amour de l'ennemi.

Lire par exemple Radermakers ("Au fil de l'évangile selon St. Matthieu", p.90, 1972, éditions I.E.T. )

On ici est encore et toujours dans une question plutôt éthique qui peut se résoudre sans théorie de la chasteté. Jésus pousse toujours plus en avant la logique altruiste du contrat social. Il faudrait être un tantinet torturé des psychés pour lire ici une condamnation de la chair.

Pourquoi alors la sexualité fut-elle l'objet d'une telle méfiance dans les diverses Eglises chrétiennes? Pourquoi, quittant les Evangiles et les strictes nécessités d'un contrat social altruiste, en est-t-on arrivé au «péché de chair»?

Pour gagner en perspective, je vous propose de lire une brève synthèse historique de la doctrine de la Chasteté et du 'péché de chair' dans le catholicisme.

Ne cherchons pas midi à quatorze heures, la sexualité est de fait avec la faim, la soif et le sommeil un des ennemis 'naturels' les plus sérieux de la concentration spirituelle (et pas rien que spirituelle d'ailleurs!). Il ne faut pas être savant pour le savoir. Il est normal que quasi toutes les religions s'en préoccupent.

Notons déjà que face à ce grand bouffon qu'est la sexualité, certaines spiritualités ont d'emblée accepté des compromis de cohabitation très "généreux". En Orient, il semble que certaines branches du Tantrisme ou du Taoïsme par exemple ont fait de l'ennemi potentiel un puissant allié...

Il y a trop d'énergie sexuelle au regard du strict besoin de la fécondité; c'est un constat que tout le monde peut faire. Comment utiliser ces surplus?

Notons que, même si les Evangiles ne se prononcent pas sur la question, l'esprit du reste du Nouveau Testament ne prédispose pas aux manières les plus anarchiques. Cette dissociation d'esprit entre les Evangiles et le reste du Nouveau Testament (épitres de Paul surtout!) invite à réadapter les exigences de l'Esprit (avec un grand "E") aux divers contextes culturels et, surtout, à la maturité des auditoires. Une étude particulières des relations entre culture, maturité et spiritualité s'impose donc pour la sexualité exactement comme elle s'est imposée pour la circoncision ou les tabous alimentaires. (Dans ce site, un long article est spécifiquement dédié à cette question.)